De la notion de service public…

En France, Bibliothèques sans frontières a pris l’initiative de lancer une pétition, intitulée « Ouvrons + les bibliothèques ! », adressée à plusieurs ministres (de l’ancien gouvernement…). Les pétitionnaires soulignent le fait que les horaires d’ouverture des bibliothèques sont totalement inadaptés aux besoins de leurs clients et affirment que « l’accès à la connaissance et à la culture pour le plus grand nombre doit être une priorité ».

Depuis 2010, les bibliothèques suisses se sont dotées d’une charte qui précise, entre autres, qu’elles « mettent tout en oeuvre pour offrir non seulement aux étudiants et aux chercheurs, mais aussi à l’ensemble des citoyens engagés dans une mobilité croissante, des services harmonisés qui répondent à leurs besoins partout et en tout temps ». Offrent-elles en conséquence des horaires d’ouverture adaptés ? A quelques notables exceptions dans le monde universitaire en particulier, la réponse est négative ! Et je crains qu’elle ne soit la même un peu partout dans le monde…

Quelles sont les raisons de ce hiatus entre la disponibilité de nos clients et les horaires de nos bibliothèques ? Elles sont bien sûr multiples, mais elles ne sont pas toujours liées au manque de moyens souvent évoqué. D’ailleurs, la pétition susmentionnée précise, à juste titre, qu' »à moyens équivalents, et dans le respect des agents, des solutions existent ».

La grande majorité de nos bibliothèques fait partie du service public. Dès lors – au risque de choquer, mais il s’agit d’un bon moyen de lancer une discussion… – je souligne le fait que cela devrait impliquer, de la part de leur personnel, une souplesse maximale dans les horaires de travail. Or, trop souvent, j’ai entendu des collègues rechigner à sortir du cadre, certes confortable, des « 8 à 17 heures, 5 jours sur 7 » : attitude parfaitement incompatible avec la notion de service public, entrant en contradiction avec les fondements des codes de déontologie régissant la profession de bibliothécaire…

En conclusion, la pétition de Bibliothèques sans frontières a le mérite de soulever un problème réel et criant ; toutefois, elle ne doit pas dissimuler le fait que les solutions ne résident pas seulement dans l’attribution de moyens supplémentaires, mais aussi – et surtout, j’ose l’affirmer – dans un changement d’attitude chez nombre de bibliothécaires…

Michel Gorin