Libérez un livre contesté !

C’est actuellement la fin de la Freedom to Read Week au Canada (21 au 27 février 2010). Le but de cette semaine un peu particulière organisée par le Freedom of Expression Committee est de sensibiliser les Canadiens à la problématique de la censure et de les encourager à faire un plein usage de la liberté d’expression. Bibliothécaires, libraires, écrivains, éditeurs, éducateurs, enseignants et étudiants sont tout spécialement invités à prendre une part active dans ce combat.

The freedom to choose what we read does not, however, include the freedom to choose for others. We accept that courts alone have the authority to restrict reading material, a prerogative that cannot be delegated or appropriated. Prior restraint demeans individual responsibility; it is anathema to freedom and democracy.

Extrait de la Déclaration du Freedom of Expression Committee
(Book and Periodical Council, Canada)

Une des initiatives mises en avant cette semaine et qui me plait particulièrement, c’est le BookCrossing : Free a Challenged Book. C’est en fait le même principe que l’attentat poétique de 2003, mais en plus organisé et centré sur les livres contestés. Participer est très simple :

1. Sélectionnez dans votre bibliothèque personnelle l’un des livres contestés (challenged books) au Canada, parmi lesquels on retrouve notamment :

  • Margaret Atwood, La servante écarlate (The Handmaid’s Tale)
  • Alain Deneault (avec Delphine Abadie et William Sacher), Noir Canada: Pillage, corruption et criminalité en Afrique
  • Gabrielle Gourdeau, Clins d’œil à Romain Gary
  • Harper Lee, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur (ou selon les traducteurs : Alouette, je te plumerai) (To Kill a Mockingbird)
  • Mordecai Richler, L’apprentissage de Duddy Kravitz (The Apprenticeship of Duddy Kravitz)
  • J.K. Rowling, Harry Potter
  • J.D. Salinger, L’attrape-cœurs (Catcher in the Rye)
  • John Steinbeck, Des souris et des hommes (Of Mice and Men)
  • Mark Twain, Huckleberry Finn

2. Enregistrez-le sur BookCrossing.com. Vous recevrez alors un identifiant propre à BookCrossing (BookCrossing ID number, BCID) qu’il vous suffira de reporter sur une étiquette Free a Challenged Book que vous glisserez alors dans le livre contesté.

3. Libérez ensuite l’ouvrage dans votre entourage (sur un banc dans un parc public, dans un café, dans un hôtel, sur le quai d’une gare, etc.). La personne qui recueillera le livre sera invitée à signaler sur BookCrossing.com au moyen du code BCID que l’ouvrage a été retrouvé.

4. Consultez ensuite régulièrement le site BookCrossing.com pour voir qui a trouvé votre livre et savoir éventuellement ce que votre « complice » pense de la liberté d’expression.

La participation à cette action n’est bien sûr pas limitée à la Freedom to Read Week ni aux seuls Canadiens. Tout bibliothécaire devrait y être sensible ! Libérer un livre contesté dans la nature peut se faire à tout moment. A ce jour, le site BookCrossing.com totalise plus de 846.000 membres et près de 6.160.000 ouvrages y ont déjà été répertoriés. Heureusement, tous n’ont pas eu maille à partir avec la censure…