Formation sur le logiciel VIRTUA pour les SID : qui doit être formé ?

Comme l’an dernier, j’ai récemment encouragé les étudiant-e-s de 1ère année du Département Information documentaire de la Haute École de gestion de Genève (HEG-ID), qui suivent mon séminaire intitulé « Ethique professionnelle », à contribuer à notre blog, soit en commentant des contributions passées, soit en nous proposant de nouveaux billets.

L’une d’entre elles, Anne-Catherine VILLAT, nous a proposé le billet ci-dessous, que nous vous soumettons.

Michel Gorin

Billet proposé par Anne-Catherine VILLAT, étudiante de 1ère année, HEG Genève, Département ID

La problématique que je souhaiterais soulever concerne la formation au catalogage sur Virtua pour les spécialistes en information documentaire, en Suisse. Effectivement, tous les étudiants n’ont pas été formés à ce logiciel, fort répandu dans les bibliothèques, lors de leur apprentissage.

En Suisse, pour se former aux métiers de l’information documentaire, il existe plusieurs échelons de diplômes, correspondant à certaines compétences. Etablis depuis 2002, ces derniers sont encore flous pour une grande partie des professionnels et responsables des services.

  • Un apprentissage d’agent en information documentaire délivre un certificat fédéral de capacité (CFC). Les tâches effectuées sont basiques : catalogage, services aux usagers, rangement, etc.
  • Le Bachelor of Science permet de devenir un spécialiste en information documentaire. Des aspects plus approfondis de nos professions sont enseignés, tels que la veille, l’archivistique, les langages informatiques, mais aussi la stratégie d’entreprise et autres compétences de cadre. Des modalités existent pour permettre aux étudiants se réorientant professionnellement et venant d’autres domaines d’accéder à cet enseignement.
  • Le Master of Sciences en information documentaire est l’ultime étape de la formation. Les responsabilités des personnes titulaires d’un tel master englobent les spécificités des sciences de l’information, la supervision des agents et des spécialistes, ainsi que les développements stratégiques en institutions.
  • Par la suite, les formations continues (dispensées par les écoles et associations professionnelles) sont fortement recommandées à tous les professionnels pour rester à niveau.

Le code d’éthique de BIS soulève dans la 5e partie, « Neutralité et compétences professionnelles » (alinéa 6) que les professionnels de l’information « recherchent l’excellence par l’acquisition, l’entretien, l’actualisation et l’approfondissement des savoirs et compétences requis dans l’exercice de leur métier ».

Le progiciel Virtua est un système intégré de gestion des bibliothèques (SIGB) généraliste et propriétaire, utilisé par la majorité des Hautes écoles de Suisse Occidentale, ce qui permet le partage de notices d’exemplaire et d’autorité, ainsi qu’une plus-value dans la recherche documentaire. Le logiciel offre plusieurs modules permettant de faire du catalogage, bulletinage, services prêt/retour, et autres tâches en lien avec la bibliothéconomie.

Malheureusement, il est difficile d’obtenir une formation sur ce logiciel à moins d’y être confronté dans le monde professionnel. Par ailleurs, la majorité des offres d’emploi en bibliothèque de Haute école demande des connaissances sur le logiciel Virtua et ses diverses fonctionnalités. Le cercle vicieux est ainsi bouclé. Je pense que la Haute école de gestion, qui dispense la formation de spécialistes en information documentaire à Genève, devrait mettre à disposition, de manière facultative (comme les cours de théâtre), un enseignement sur Virtua pour les personnes intéressées.

Il est vrai, comme le souligne souvent M. Gorin lors de nos débats en classe, que la tâche de catalogage revient souvent aux agents en information documentaire. On remarque pourtant dans la pratique que certains spécialistes en information documentaire réalisent aussi les tâches de catalogage, de bulletinage et du service prêt/retour. De plus, les agents se tournent en cas de doute auprès de leur responsable spécialiste : il semble invraisemblable que ces derniers puissent les conseiller sur une procédure qu’ils ne connaissent que théoriquement.

Je souhaiterais avoir l’avis de mes collègues en formation, ainsi que ceux des professionnels déjà sur le terrain. Merci par avance pour vos contributions.

Advertisements

Une réflexion sur “Formation sur le logiciel VIRTUA pour les SID : qui doit être formé ?

  1. Il est à espérer que dans un futur proche le client Virtua ne soit plus qu’un (mauvais) souvenir des années quatre-vingt(-dix)… 🙂

    Il me semble par ailleurs que la prise en main de tels logiciels n’est pas si difficile que cela, et sera encore plus simple à l’avenir. Comme toujours, la démarche pour devenir une utilisatrice ou un utilisateur expérimenté demande plus de temps et de curiosité…

    Faudrait-il, par esprit de précaution, apprendre le catalogage dans les n logiciels les plus répandus qui remplaceront vraisemblablement le logiciel utilisé actuellement dans le réseau suisse-romand ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s